Comment pourrait-on renouveler la social-démocratie ?

Paru dans le journal communautaire Point Sud, dans La Force des sages (AQDR) et dans la revue Simpli-cité (RQSV).

La social-démocratie a parfois été présentée comme le compromis presque idéal entre le capitalisme sans cœur et le communisme sans âme. Rappelons-nous : pendant des décennies, la Suède, pour prendre cet exemple connu, a joui des bienfaits de la social-démocratie, ce qui impliquait de généreux programmes sociaux dans un système où la liberté m’était pas un vain mot.

Deux articles sur l’économie sociale et l’aide domestique

Parus sur le site de l’Aut’journal le 26 novembre 2010

– interview de Jacques Fournier par la journaliste Maude Messier

1) L’économie sociale en aide domestique : la face cachée de la double tarification des services de santé

2) L’économie sociale en aide domestique : un ghetto de pauvreté féminine

Alexa Conradi, présidente de la Fédération des femmes du Québec. La FFQ veut, avec raison, que l’économie sociale verse aux femmes des salaires au-dessus du seuil de la pauvreté.

Poursuivre la lecture

Les deux Coalitions dont l’AQDR est membre

Paru dans la revue La Force de l’âge (AQDR), décembre 2010

L’AQDR est membre de deux coalitions : la Coalition Solidarité Santé (CSS) et la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics (COTPSP).

Lors de la manif de la Coalition Solidarité Santé, le 9 juin 2010, entouré de Jean Charest et d’Yves Bolduc (photo: Claudelle Cyr)

Poursuivre la lecture

Le marketing de Métro nous infantilise-t-il ?

Paru dans le journal communautaire Point Sud, dans la revue Simpli-cité (RQSV) et dans le bulletin La Force des S@ges (AQDR).

Je suis complètement exaspéré par la nouvelle campagne de fidélisation des Marchés Métro, narcissiquement intitulée « Métro et moi ». Je fréquente cette chaîne d’alimentation tout simplement parce qu’il y a un supermarché de cette chaîne près de chez moi. Je n’ai pas besoin d’être fidélisé.

Le temps que l’on prend à collectionner des petits coupons et à gérer les cartes de fidélisation, on ne le prend pas pour marcher, lire, vivre.

Poursuivre la lecture