Compte rendu de la rencontre des groupes d’aînés avec le ministre Réjean Hébert, au sujet de l’assurance autonomie

 

Le jeudi 6 juin 2013, à Montréal (en visioconférence) et à Québec

Avec le Comité des partenaires : 18 associations d’aînés-es et d’organismes de services aux aînés-es,  à raison de deux représentants maximum par organisme (la moitié environ à Québec, la moitié à Montréal)

Ce compte rendu n’est pas confidentiel, il peut circuler. J’y représentais l’AQDR à Montréal et Mme Judith Gagnon, de l’AQDR-Québec, représentait l’AQDR à Québec.

La rencontre a été cordiale. Le ministre a présenté son Livre blanc pendant 45 minutes, ce qui n’était pas vraiment nécessaire car tous et toutes avaient bien lu le Livre blanc. Mais c’était un exercice de vente et un rituel de réchauffement. Il est resté une heure seulement pour les questions. J’ai posé deux questions.

1. Question : Une étude du ministère des Municipalités, des Régions et de l’Occupation du territoire (MAMROT) a montré que le taux de rotation du personnel des EESAD est de 50 % dans la région de Montréal, ce qui n’est pas fameux pour la continuité des services. Est-il réaliste de penser que les EESAD ont la capacité de livrer la marchandise prévue par le Livre blanc ? Par ailleurs, selon les témoignages des usagers, les auxiliaires familiales des CLSC sont les personnes qui les aident le plus à rester à domicile. Le Livre blanc dit qu’elles interviendront dorénavant seulement « sur une base d’exception pour des cas particuliers ». Pourquoi réduire l’importance de l’implication des auxiliaires familiales dans le dossier du soutien à domicile ? Pourquoi remplacer une solution qui va bien pour une solution qui ne va pas très bien ?

Réponse : C’est une bonne question. On ne va évidemment pas congédier les auxiliaires familiales. Les CSSS vont contracter avec les EESAD des ententes de services. On va beaucoup augmenter leur financement. Et on améliorera de ce fait les conditions de travail de leurs employées pour qu’elles ne quittent pas l’EESAD. J’ai rencontré les EESAD. J’ai reçu des témoignages comme quoi leurs services sont appréciés par les usagers.

(un peu plus tard) On pourrait développer pour les EESAD, comme en France, des « auxiliaires de vie ». C’est un titre d’emploi entre auxiliaires familiales et préposés au ménage. Il font les AVQ (bains, etc.) et les AVD (entretien ménager, etc.).

2. Question : J’apprécie que vous vouliez augmenter le budget des EESAD mais je suis sceptique car, depuis 1996, les EESAD n’ont pas vu l’ombre du commencement d’une amélioration réelle de leur financement. Vous avez probablement lu dans Le Devoir l’analyse de Mme Louise Boivin, professeure à l’UQO. Elle met en garde contre la création de ghettos d’emplois féminins sous-payés dans ce secteur. Vous vous rappelez le consensus du Sommet de 1996 : ne pas substituer des emplois décemment payés par des emplois sous-payés. La lutte contre l’appauvrissement des femmes est-elle moins importante en 2013 qu’en 1996 ?

Réponse : La mission des EESAD est déjà élargie. Je vous jure qu’il y en aura pour tout le monde. On ne prendra pas à Jacques pour donner à Paul. Mme Boivin oublie qu’actuellement, les femmes quittent leur emploi pour devenir proches aidantes. Il faut créer des emplois pour les femmes et les maintenir sur le marché du travail. L’assurance autonomie, « c’est l’émancipation des femmes ». Les groupes de femmes en Europe se sont réjouis de la mise en place de l’assurance autonomie dans leurs pays.

Réflexions que je me suis faites au retour à la maison

            Le ministre Hébert est un homme intelligent et expérimenté. Il est bien préparé. Il est de bonne foi mais je ne crois pas que les conditions des travailleuses des EESAD seront vraiment améliorées et les mettront toutes au-dessus du seuil de la pauvreté. Le ministre Hébert fait actuellement des coupes sombres dans les CSSS et appuie la méthode Toyota. Il met en oeuvre les politiques d’un gouvernement qui n’est plus social-démocrate. C’est la Première ministre et le ministre Marceau qui passent les commandes du déficit zéro. Cela colore le projet d’assurance autonomie. Le ministre Hébert est tenu par la solidarité ministérielle, il risque d’être fort déçu dans ses belles espérances.

Quand le ministre parle des proches aidantes en réponse aux maigres salaires des travailleuses des EESAD, il change de sujet. Il fait diversion. Bien sûr, il faut éviter que des femmes quittent leur emploi pour devenir proches aidantes. Mais ce n’est pas une raison pour donner des sous-salaires aux femmes qui travaillent dans les EESAD. Il y a là une forme d’aveuglement volontaire.

            Par ailleurs, 68 % des EESAD ne font pas d’AVQ (bains, etc.) (source : MAMROT). Elle constatent qu’elles ne sont pas capables de recruter des préposées qualifiées avec les maigres salaires qu’elles offrent. Certaines ont annoncé leur refus d’élargir leur mission.

Quelques informations transmises par le ministre

Gestionnaire de cas : « l’avocat de l’usager ».

Le terme « gestionnaire de cas » est réservé pour les services aux  personnes âgées en perte d’autonomie. Le terme « intervenant pivot », c’est pour les services aux personnes handicapées.

Michel Clair, président de l’Association des RI, était présent à Québec et s’est réjoui de la mise en oeuvre de son Rapport (2001). Cela m’inquiète !

Note : Je m’excuse de n’avoir pas noté toutes les questions de tous les intervenants et toutes les réponses mais je n’avais pas l’énergie pour tout écrire. J’ai privilégié ce qui était nouveau dans le dossier particulier que je possède bien.

Post-scriptum: deux réflexions

1. Est-ce que le ministre peut décréter unilatéralement que la mission des EESAD est élargie s’il n’améliore pas leur financement? Ou est-ce que c’est à chacune des EESAD de décider si elle élargit sa mission ? Au plan juridique, le rapport entre le réseau et les EESAD n’est pas hiérarchique mais contractuel.

2. Le ministre dit que l’usager aura le choix du dispensateur de service. S’il n’y a pas suffisamment d’auxiliaires familiales, l’usager aura-t-il le choix ?

 

Les commentaires sont fermés.