Assurance autonomie : une analyse des travaux de la Commission parlementaire

 A paraître dans La Force des sages (AQDR) et paru sur les sites Point Sud, Presse-toi-à-gauche et L’Aut’journal.

Le ministre Réjean Hébert a eu affaire à plusieurs objections étoffées lors des audiences de la Commission parlementaire qui a étudié son Livre blanc sur l’assurance autonomie, fin octobre et début novembre. Voici des éléments d’analyse de quelques-uns des mémoires présentés à la Commission. Ces éléments d’analyse ne sont évidemment pas exhaustifs car le matériel est trop abondant. On traitera en particulier de la mission des entreprises d’économie sociale en aide domestique (EESAD), ainsi que de la qualité et de l’accessibilité des services de soutien à domicile.

La mission des EESAD : l’aide domestique

Un très grand nombre des mémoires présentés demandent que les activités de vie quotidienne (AVQ : les bains, surveillance de prise de médicaments, etc.) continuent à être offerts gratuitement par les auxiliaires familiales des CLSC, et non pas par les entreprises d’économie sociale en aide domestique (EESAD), comme le propose le Livre blanc, ce qui impliquerait une tarification.  Ces mémoires demandent le respect du consensus du Sommet socio-économique de 1996 et que les EESAD se consacrent essentiellement aux activités de vie domestique (AVD: entretien ménager, etc.). C’est le cas de la CSN, de la FSSS-CSN, de la FTQ, de la CSQ, de l’Alliance du personnel professionnel et technique (APTS), de Médecins québécois pour un régime public (MQRP), de l’AQDR, de l’Association des retraités de l’éducation et autres services publics (AREQ), du Regroupement des aidants naturels du Québec (RANQ), de la Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles (TRPOCB), de la Coalition des Tables régionales d’organismes communautaires (CTROC), de la Coalition Solidarité Santé, de la Fédération des femmes du Québec (FFQ), de l’Association des auxiliaires familiales et sociales, etc.

Poursuivre la lecture