Le miel et l’absinthe

Suggestion de lecture

Parue dans La Force des sages (AQDR) de février 2014.

Pour absorber l’absinthe (en tant que remède amer) de la philosophie d’Épicure (341-271 av. J.C.), le poète Lucrèce (98 ou 94 à 55 av. J.C.) apporte le miel de sa poésie. C’est ce qui explique le titre du livre du philosophe français contemporain André Comte-Sponville (éd. Hermann, 2008, 216 pp.).

Épicure

Épicure

Cet ouvrage nous fait découvrir Épicure et l’épicurisme. Contrairement à ce que l’on nous enseignait sommairement, l’épicurisme n’est pas une philosophie de la « jouissance de la vie sans contrainte », opposée au stoïcisme  de « la souffrance sans se plaindre ». C’est plus compliqué que cela. Épicure enseigne à apprécier la vie de façon modérée. Il vise à atteindre la tranquillité de l’âme. Il recommande d’éviter les sources de plaisir qui ne sont « ni naturelles ni nécessaires ». Les personnes animées aujourd’hui par les idéaux de la simplicité volontaire y trouvent une belle inspiration.

Pour Comte-Sponville, le philosophe Épicure est lumineux, serein et doux tandis que son disciple et thuriféraire, le poète Lucrèce, lui parait sombre et angoissé. Mais Lucrèce, dans son livre « De la nature des choses », traduit en poésie de façon remarquable la pensée d’Épicure, cent cinquante ans plus tard. Comte-Sponville se plait à nous faire savourer la poésie de Lucrèce, qu’il cite abondamment, dans des traductions subtiles. Lucrèce dénonce les superstitions (les dieux), la peur de la mort (qu’il n’y a pas lieu de craindre), l’amour-passion (auquel on ne devrait pas se laisser aller) et traite de hasard et de liberté. Il travaille très fort à dissiper « la terreur et les ténèbres de l’âme ».

Vous voulez découvrir que la philosophie n’est pas difficile d’accès ? Lisez Comte-Sponville, un des philosophes contemporains les plus abordables. Facile d’accès mais intense. On n’en ressort pas intact, mais c’est pour cela qu’on lit les philosophes.

Le manque de temps comme obstacle à la participation citoyenne

Suggestion de lecture : L’État du Québec 2013-2014

Paru sur les sites de l’Aut’journal, Presse-toi-à-gauche, Point Sud et Carnet des simplicitaires (RQSV). A paraître dans La Force des sages (AQDR) de janvier 2014.

Selon un sondage commandité par l’Institut du Nouveau Monde (INM), 40 % des répondants mentionnent le manque de temps comme obstacle à la participation citoyenne. Cette donnée apporte de l’eau au moulin des partisans de la simplicité volontaire qui mettent de l’avant l’idée que, si les gens travaillaient moins et consommaient moins, ils auraient plus de temps pour une plus grande participation civique et pour des activités plus gratifiantes, moins consommatrices d’énergie, etc.

Cette donnée figure en p. 71 de la dernière édition de L’État du Québec 2013-2014, publié par l’INM et édité chez Boréal, 2013, 460 pp. C’est un plaisir annuel et une découverte toujours stimulante de lire L’État du Québec.

L97827646228721 Poursuivre la lecture