Souvenirs de l’AQDR depuis 1980

A paraître dans La Force de l’âge (AQDR) d’octobre 2014. L’AQDR fêtera ses 35 ans en octobre.

            Mes premiers souvenirs de l’AQDR remontent à 1980. J’étais alors agent d’information au CLSC Longueuil-Ouest et nous avions une section dynamique de l’AQDR, à Longueuil, présidée par M. Vallières, un syndicaliste retraité de la FTQ qui avait donné de nombreux cours de préparation à la retraite. La section publiait un bulletin mensuel de liaison, Le Veilleur, auquel on m’avait invité à collaborer.

On m’a d’abord demandé de corriger l’orthographe et la syntaxe des textes. Je me rappelle avoir entendu : « Je suis en confiance d’écrire des textes, Jacques, parce que je sais que tu vas corriger mes fautes et que je n’aurai pas honte de mon texte ». On m’a ensuite invité à donner un coup de main pour la mise en page. A l’époque, il n’y avait pas d’ordinateur. On découpait les textes au ciseau, on les collait avec de la colle blanche, on faisait les titres au Letraset…  Poursuivre la lecture

Réflexion philosophique : un panthéiste est-il un croyant ou un incroyant ?

Lors d’un cours de philo, l’autre jour, au collège Maisonneuve (pour le 3e âge), j’ai posé à mon prof M. Jacques Senécal cette question : « Si une firme de sondage me téléphone et me demande, parmi d’autres questions : croyez-vous en Dieu ?, que devrais-je répondre ? Je m’identifie à Spinoza, qui, panthéiste, dit que Dieu et la nature se confondent. » (Dieu est tout — pan, en grec — , tout est en Dieu. Dieu est la nature, chaque humain est la nature. Il n’y a pas, pour Spinoza, de Dieu transcendant qui a créé l’Homme et que l’on peut prier. Einstein se disait spinoziste).

Réponse : Spizoza ne croit pas en Dieu. Il sait, il constate, il voit que Dieu existe car la nature existe. Ce n’est pas une croyance, c’est un savoir, une connaissance en quelque sorte objective, une observation. Le Dieu de Spinoza n’est pas un Dieu révélé, comme le Dieu des chrétiens. Ce n’est pas un Dieu transcendant (qui dépasse la connaissance, qui suppose un principe supérieur) mais immanent (qui est contenu dans un être, qui résulte de la nature même de cet être et non pas d’une action externe). C’est un Dieu observé par la raison. Donc, un panthéiste, un spinoziste qui se fait demander : « Croyez-vous en Dieu ? » devrait répondre NON. Il ne croit pas en Dieu, il constate qu’il existe. Poursuivre la lecture

Textes parus dans la revue Nouvelles pratiques sociales (via Érudit)

— « La participation du personnel  : un enjeu? » (1990)

http://www.erudit.org/revue/nps/1990/v3/n1/301078ar.pdf

— « La démocratisation dans les établissements  : côté cour, côté jardin » (1991)

http://www.erudit.org/revue/nps/1991/v4/n2/301144ar.pdf

— « Le réseau de la santé et des services sociaux est-il mûr pour la gestion participative ? » (1993)

http://www.erudit.org/revue/nps/1993/v6/n1/301205ar.pdf

— « La Corporation de développement communautaire de Longueuil, à la jonction du communautaire et du public » (1994)

http://www.erudit.org/revue/nps/1994/v7/n1/301257ar.pdf

— « L’empowerment du personnel  : le chemin est sinueux » (1997)

http://www.erudit.org/revue/nps/1997/v10/n2/301401ar.pdf

— « Coop Aide Rive-Sud, les acquis et les fragilités » (1999)

http://www.erudit.org/revue/nps/1999/v12/n2/000060ar.pdf

— « Aide à domicile : pour que l’économie sociale demeure de l’économie sociale » (2000)

http://www.erudit.org/revue/nps/2000/v13/n2/000822ar.pdf

— « Quels outils médiatiques pour un engagement citoyen ? » (2002)

http://www.erudit.org/revue/nps/2002/v15/n2/008924ar.pdf

— « Le bonheur et le désir de « changer le monde » sont-ils compatibles ?  » (2003)

http://www.erudit.org/revue/nps/2003/v16/n2/009853ar.pdf

http://psychologie-positive.org/IMG/pdf/2003_COPIE_FRANCE_Le_bonheur_et_le_desir_de_changer_le_monde.pdf.pdf

— « La réforme Couillard-Charest, une réforme de trop ? » (2005)

http://www.erudit.org/revue/nps/2005/v18/n1/012204ar.pdf

— « La fusion des établissements de santé et de services sociaux : recension des écrits sur ses enjeux et ses impacts » (2007)

par Marie-Claude Richard, Danielle Maltais, Denis Bourque, Sébastien Savard et Marielle
Tremblay

http://www.erudit.org/revue/nps/2007/v20/n1/016982ar.pdf

 

 

Billet – La réingénierie des bénévoles

Dès sa nomination, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, s’est empressé de donner des entrevues pour rappeler l’importance de la réingénierie dans le réseau : méthode Toyota, lean management, etc. Il est temps que les intervenantes donnent le maximum de rendement, fut-ce au détriment de leur santé et de leur moral. Tout doit être minuté et comptabilisé.

Le ministre ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin. Pourquoi ne pas procéder à la réingénierie des bénévoles ? Pour l’appuyer, en tant que retraité bénévole dans quelques organismes communautaires, je voudrais dénoncer un scandale : il y a des bénévoles qui prennent du temps pour parler à leurs usagers et pour les écouter longuement. Pire : j’ai constaté de mes propres yeux que certains bénévoles « ne comptent pas leurs heures » alors que TOUT doit être comptabilisé, dans le PIB ou ailleurs. Je suis sûr que le ministre a la poigne nécessaire pour mettre fin à ces abus inqualifiables. Vous aurez compris l’ironie de mon propos.