Billet – Une pensée molle

 

Un vocabulaire imprécis, des idées confuses, une pensée molle. Voilà ce qui caractérise Justin Trudeau, l’idole du moment. A l’occasion d’une interview avec Patrice Roy, de Radio-Canada, il a dit qu’il n’y a pas vraiment de différence entre le multiculturalisme canadien et l’interculturalisme québécois. Pour lui, l’interculturalisme est la façon québécoise de nommer le multiculturalisme canadien. Or l’interculturalisme vise l’intégration (non l’assimilation) harmonieuse dans le respect des différences alors que le multiculturalisme — maintenant rejeté par la Grande-Bretagne et l’Allemagne — fait perdurer des différences inconciliables avec la création d’une société civile agrégée, rassemblée et solidaire : concrètement, elle rime avec la création de ghettos parallèles soi-disant inclusifs. Camus disait : « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde ».

 

Les commentaires sont fermés.