Surconsommation et sur-gestion

Paru dans le Carnet des simplicitaires (simplicité volontaire). Capsule philosophique parue dans L’AQDR Express (auparavant La Force des sages).

La surconsommation met en danger la survie de la planète. Cette question est maintenant bien documentée au plan scientifique. Même au plan philosophique (les stoïciens, Épicure, Bergson…), la surconsommation ne trouve pas d’assise éthique.

La sur-gestion, l’excès de gestion, m’apparait devoir être dénoncée avec la même vigueur. Soi-disant à cause de la compétition, de nombreux gestionnaires s’acharnent aujourd’hui à la recherche de la moindre économie, souvent au détriment de la qualité de vie et de la santé du personnel. Dans le secteur public, ce sujet a fait l’objet d’analyses, comme celle de la Coalition solidarité santé, qui dénonce avec raison la méthode Toyota. Ce n’est pas vrai que, dans les services à la personne, on peut tout minuter et ne pas laisser de place à l’imprévu et à la nature humaine. Dans le secteur privé, le même mal sévit.

Épicure (342-270 av. J.C.)

Épicure (342-270 av. J.C.)

Poursuivre la lecture

Quelques nuances de rouge

Paru sur le site Vigile.

Voici mon commentaire, sur facebook, d’un article de mon frère Louis paru dans Le Devoir du 9 mai 2016 intitulé QS c. PQ: extrême gauche contre gauche réformiste.

« On a toujours beaucoup discuté de politique dans la famille Fournier. Avec plaisir et passion. Comme mon frère Louis, je suis indépendantiste et social-démocrate. Mais j’ai davantage que lui été proche du mouvement communautaire, où j’ai connu plein de militants QS pas sectaires du tout. En fait, j’ai probablement autant d’amis QS que PQ. Mon frère a une proximité avec la FTQ, où il a fait un excellent travail. Je me sens davantage proche de la CSN, de la FSSS-CSN et du Conseil central de Montréal CSN (déjà trois nuances de rouge), trois milieux où j’ai milité. Il manque au PQ, selon moi, une vraie volonté de combattre les inégalités, comme l’a montré le dernier budget Marceau. Je vais suivre avec intérêt la course à la chefferie du PQ en espérant que celui ou celle qui sera élu sera la personne qui mettra le plus l’accent sur la lutte contre les inégalités (les nombreuses alternatives fiscales). Et continuer à échanger avec plaisir avec mon grand frère ! » Poursuivre la lecture

Convergence : mode d’emploi

Paru sur le sites Vigile et Presse-toi-à-gauche (rédigé avant la démission de PKP mais toujours d’actualité).

Quelques éléments d’analyse concernant l’évolution récente de la convergence indépendantiste et anti-austérité.

  1. Récemment, le PQ a refusé de s’associer à une motion de QS demandant de porter le salaire horaire minimum à 15 $. Je le déplore mais faut-il en faire de l’urticaire ? Cela remet-il en question la convergence indépendantiste et anti-austérité ? Je ne le crois pas.

Si on se fie aux résultats des élections de 2014, le PQ représente 75% de l’électorat souverainiste, QS 23% et ON 2 %. Il faut donc s’attendre à ce que le poids des diverses composantes varie au sein de l’éventuelle coalition. En toute légitimité, QS ne peut espérer que seulement environ le quart de ses revendications importantes se retrouvent sur la feuille de route commune. De même, si le PQ est élu minoritaire en 2018 et que QS détient la balance du pouvoir avec, disons, dix députés, QS ne devra pas anticiper de se voir offrir la moitié des portefeuilles ministériels, mais seulement un nombre significatif. Nous sommes collectivement en apprentissage du mode de fonctionnement en coalition, ce n’est pas encore dans notre culture politique. Il faudra y mettre des compromis, de la diplomatie et de la maturité.

  1. Concernant les « primaires sociales ».

L’idée d’Amir Khadir, d’organiser des « primaires sociales » en vue d’une convergence indépendantiste et anti-austérité, est sympathique mais peut-être dysfonctionnelle. Je m’explique. Il n’y a pas d’instance de coordination de la société civile engagée, du mouvement communautaire, des forces de changement. Qui organisera les primaires dans une circonscription donnée ? Quelle sera la crédibilité de l’organisme coordonnateur ? Quels sont les dangers de manipulation ? Poursuivre la lecture